Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
If you are not redirected automatically, follow the link to example
Blog de Jean-Luc Gach, Peynier - Commentaires sur la vie du village de Peynier {display:none;margin:0px; padding:0px; background-color:#FFFFFF; font-family: Verdana, Helvetica, Arial, sans-serif; font-size:x-small;}

Présentation

  • : Blog de Jean-Luc Gach, Peynier
  • Blog de Jean-Luc Gach, Peynier
  • : Commentaires sur la vie du village de Peynier
  • Contact

Modération

 

Les publications sur ce blog sont Modérées à priori. Aucun commentaire totalement anonyme ne sera publié. Les commentaires sous pseudo sont acceptés si un email est enregistré. Si toutefois un commentaire ou un article vous semble insultant ou inapproprié, si vous souhaitez exercer un droit de réponse, merci de me le signaler ici.

Recherche

Agenda

 

 

Archives

Fréquentation

Depuis septembre 2010 :

 

Visiteurs uniques : 82574

Pages consultées : 184007

 

 

mentions légales

 

Licence MonPeynier

Creative Commons License 

 

Les articles de Monpeynier sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

 

 

15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 23:00

L'automne c'est la période des champignons, des vendanges, et des impôts...

 

La taxe foncière est arrivée dans les ménages et évidemment on ne peut constater encore une fois que l'augmentation des taxes locales. Fruit de la politique de décentralisation sauvage de Sarkozy qui transfère les charges sans transférer les moyens, notamment concernant les augmentations de la région et du département, il y a certaines autres augmentations qui méritent qu'on s'y attarde.

taxes-ordures2.jpg

Pour ma part j'ai constaté une augmentation de plus de 50% de mes taxes foncières depuis que je suis à Peynier. A y regarder de plus près, on constate que le poids des différents postes varie de manière significative. Bien que dans l'absolu ils aient augmenté en valeur, la part des impôts du département et de la région a proportionnellement diminué (respectivement de 27,5% à 24,7% et 6,1% à 5,4%), le taux d'imposition de la commune a brusquement augmenté en 2009 passant de 16,80% à 18%, soit une augmentation de 10%. Mais la plus grosse augmentation d'imposition revient à la taxe des ordures ménagères qui absorbe à elle seule la quasi totalité de l'augmentation de la taxe foncière puisqu'elle a augmenté de 229% en 5 ans et son poids dans l'impôt est passé de 14% à 21% ! On remarquera sur le graphique ci-dessus la parfaite corrélation entre l'augmentation de la taxe foncière et la taxe d'ordures ménagères...et l'absence d'augmentation en 2007, année électorale.

 

L'observatoire de la taxe foncière (ici) permet de constater qu'il s'agit d'un mouvement généralisé des communes aux alentours (probablement pour la même raison puisqu'elles sont toutes dans la CPA), mais Peynier tient la palme entre 2004 et 2009 :

 

- Fuveau : +26,84%

- Peynier : +34,84%

- Puyloubier : +31,76%

- Rousset : +33,15%

- Trets : +24,41%

 

Notons que pour toutes ces communes, la part département, région et taxes d'ordures ménagères reste la même, le différentiel est donc uniquement dû à la variation de la part commune. A la base je ne suis pas contre l'impôt, à partir du moment où le citoyen en voit les effets. Ironie du sort, je faisais il y a quelque temps un billet sur le ramassage des ordures à Peynier et sur le fait que le centre du village était une véritable poubelle (ici). Ainsi cette augmentation de taxes ne s'est non seulement pas traduite par une amélioration du service public chez nous, mais pire par une déterioration, c'est le monde à l'envers : plus on paye, plus c'est sale ! 

 

A samedi prochain

 

liens : article de peynier un autre regard

Repost 0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 06:04

A l'occasion de la découverte d'un nouveau document prouvant de façon tout à fait indiscutable le fait que Philippe Pétain était un antisémite qui est allé bien plus loin que ne l'exigeaient les nazis (voir ici), j'ai finalement décidé de revenir sur le fond de l'affaire de la statue de V. Delpuech (voir ici). 

 

En effet, le parallélisme dpetain.jpges mécanismes mis en place par la droite visant à disculper Pétain, à le faire passer pour quelqu'un qui a défendu la France et a dû composer avec l'ennemi, et les différents discours qu'on entend ici et là au sujet de V.Delpuech est très frappant. Je cite Pascal Riché (voir ici) au sujet de Pétain:

 

Bizarre comme en France est prégnante l'idée que Pétain, finalement, n'était pas un vrai salopard. Qu'il n'était pas à 100% responsable des atrocités de Vichy. Qu'il cherchait sincèrement à être « le bouclier » qui protégeait les Français face aux nazis allemands (pendant que le « glaive » de Gaulle se préparait à Londres). Qu'il était le héros de Verdun ayant fait « don de sa personne » à la France, pour lui éviter « le pire ». 

 

Je vous la fais version Peynier : 

 

Bizarre comme à Peynier est prégnante l'idée que V.Delpuech, finalement, n'était pas un vrai salopard. Qu'il n'était pas à 100% responsable des publications dans le Petit Provençal. Qu'il cherchait sincèrement à être « le bouclier » qui protégeait ses employés et les Peyniérens face aux nazis allemands (pendant que le « glaive » de Gaulle se préparait à Londres). Qu'il était le héros sénateur ayant fait « don de sa personne » à Peynier, pour lui éviter « le pire ».

 

Franchement il n'y a qu'à Peynier que certains croient que lejournal le Petit Provençal, dont V.Delpuech était l'administrateur, n'était pas une publication collaborationniste. Et que d'autres font croire justement que ce n'en était pas une et que Delpuech était un héros de la résistance. Pour preuve, il suffit d'aller tout près, à Aix en Provence et d'en parler à quelques professeurs agrégés d'histoire qui sont certainement plus à même de donner un avis sur la question qu'un élu quelconque pour s'entendre dire : "ha oui, effectivement, administrateur du Petit Provençal, c'est du lourd !" (c'est du vécu).

 

La France collabo et antisémite c’était l’Etat français bien sûr et son chef en premier lieu. Ceux qui l'ont soutenu en votant les pleins pouvoirs ou encore qui faisaient le jeu du régime en publiant la propagande puante du gouvernement de Vichy en étaient les complices, il n'y a pas à revenir là-dessus.

 

Je parlais déjà ici et ici de dérive totalitaire, la réécriture de l'histoire par des hommes politiques en est une d'une dangerosité extrême. A ma connaissance il n'y a que dans les régimes totalitaires les plus durs qu'on laisse aux politiques le soin d'écrire l'histoire, celle qui les arrange, avec l'appui de pseudo historiens marionnettes pour rendre sérieuse la chose vis à vis de l'opinion.

 

Pour en revenir à V. Delpuech, je ne comprends pas cet acharnement à vouloir encenser à toute force un homme qui manifestement ne le mérite absolument pas. Que s'est-il passé à Peynier pendant la période 1939-1945 ? Il semblerait que le clivage du village en deux clans (voir ici) remonte à cette période. Il est temps que les langues se délient car il est des mystères que ceux qui n'ont pas connu cette époque aimeraient comprendre...

 

A samedi prochain

Repost 0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 23:00

Voici le premier article d'une longue série tant il y a à dire sur les écoles à Peynier. La rentrée des classes est toujours un moment stressant pour nos petites têtes blondes qui sont inquiètes de savoir dans quelle classe elles sont, avec quel enseignant. Et pour les parents... qui ont les mêmes préoccupations.

 

Mais cette année la rentrée a eu un parfum tout à fait particulier. En assistant à la réunion de rentrée de l'école maternelle, j'ai appris que la cantine était surchargée d'enfants. Environ 50 enfants par service, et deux services chaque jour. En effet, c'est beaucoup et à la limite de l'ingérable.  Là où on a atteint des sommets c'est quand on nous a annoncé qu'il était nécessaire de bloquer les sorties de secours avec des tables pour accueillir tous ces enfants et que la sécurité en pâtissait... La suite est plus étonnante encore. En effet, ça serait la faute à ces parents qui mettent les enfants à la cantine alors que l'un des deux (ou les deux) ne travaillent pas. A la question "mais la mairie demande des justificatifs d'emploi" il fut répondu "il y a des fraudes, certains donnent des justificatifs factices".

 

Au premier abord je serais tenté de dire que c'est aux services municipaux de faire le travail de vérification des documents fournis, et qu'il est inutile de jeter l'opprobre sur certains habitants. Attention je ne dis pas que les employés municipaux ne font pas leur travail, ils suivent des instructions venant d'en haut, c'est tout.

 

Parfois on ne choisit pas d'être sans emploi, et mettre un enfant à la cantine peut faciliter une recherche d'emploi. Ensuite le système veut que lorsque sur une période un enfant n'est pas inscrit à la cantine, il n'est pas possible de l'inscrire en cours de période et il n'est plus prioritaire sur la période suivante. Super pratique si on retrouve un emploi ! Pour certaines familles modestes, la cantine c'est le seul repas équilibré que l'on peut offrir à son enfant à moindre coût. La cantine n'est pas seulement une prestation, pas seulement un service, c'est également un outil de soutien social et de cohésion, considérations bien éloignées du parti de nos élus, l'UMP, qui préfère s'occuper des riches.

 

Mais revenons au fond du problème, quelle est la vraie raison de  cette situation ? C'est tout simplement un problème de locaux et de personnel.  On gère ici la pénurie sans chercher à résoudre le problème de fond. Supposons que les enfants de ces parents "indélicats" soient finalement exclus de la cantine, c'est repousser le problème à plus tard : le nombre d'élèves ne cesse d'augmenter à Peynier, et après l'exclusion de la cantine des élèves dont un parent ne travaille pas, quel nouveau critère mettre en place pour encore écarter des enfants et libérer des places ? Ceux dont les grands parents ne travaillent pas ? ceux qui travaillent à moins de 10km ? Jusqu'où va-t-on fliquer les gens pour trouver des prétextes pour encore réduire le service public ?

 

Non, la solution c'est d'agrandir l'école, évolution naturelle d'un équipement d'un village dont la population a doublé depuis 1980. Et le problème qu'on semble découvrir cette P1030293.JPGannée n'est pas nouveau loin de là. En effet l'ouverture de la 5e classe a déjà dû se faire dans un contexte de pénurie de locaux puisqu'il a fallu installer un préfabriqué pendant l'été 2004 à toute hâte, qui devait être provisoire. Du provisoire qui dure puisque presque 7 ans après il est toujours là. Les bambins de la classe ont dû attendre l'été 2009 pour qu'il soit insonorisé...  un bel emplâtre sur une jambe de bois. Bref, sans investissement dans de nouveaux locaux il n'est pas étonnant  qu'au bout d'un moment ça coince ! Peut être que la solution qu'on nous proposera sera de nous installer un nouveau préfabriqué pour la cantine ? Puis un autre et un autre ? Ou alors des containers de bateau recyclés comme les chambres d'étudiants (voir ici), ça a l'avantage de s'empiler parfaitement ?

 

La réunion de rentrée fut l'occasion d'entendre parler d'un vague projet de la mairie de déplacer l'école maternelle à la place du city stade. Probablement le fameux (fumeux) projet présenté lors des élections et dont on n'entendait plus parler. Et pour cause, il était tellement bien pensé que la surface de l'école maternelle diminuait. On notera que l'association de parents et les élus parents d'élèves, acteurs incontestables de la vie de l'école, ont soigneusement été écartés de l'élaboration de ce projet. Tout comme les habitants et les parents d'élèves ordinaires...mais c'est une habitude à Peynier, tout vient d'en haut et la population est mise devant le fait accompli.

 

Bref, le préfabriqué qui prend l'eau en cas de fortes pluies a encore de beaux jours devant lui, la solution pour la cantine c'est qu'il n'y en ait plus (de cantine), comme ça il n'y aura plus de problème de sécurité... Et fatalement on ne peut pas tout faire, ériger des statues inutiles (voir ici) et s'occuper des écoles et du bien-être des jeunes Peynierens. Décidément tout ceci est de plus en plus pathétique.

 

A samedi prochain

Repost 0
Published by JLG @ monpeynier.over-blog.com - dans Ecoles
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 23:00

Le week-end dernier c'était les journées du patrimoine. Sauf à Peynier. Pourtant les années précédentes on pouvait visiter le château, la chapelle ou l'église, parcourir l'histoire du village. Cette année rien de tout ceci, quel dommage !

 

Chez nos voisins, on en a profité pour organiser des conférences comme à Rousset (voir ici), des visites à Fuveau (ici), beaucoup d'animations à Trets ces 18 et 19 septembre (ici). On pourrait me rétorquer que tous ces villages sont plus grands que Peynier, c'est normal. Pourtant à Puyloubier il y a eu spectacles, concert et un parcours ludique pour les enfants dans le village (voir ici). A Pourrières il y a eu également des manifestations (ici). On va arrêter là le déballage des communes qui ont répondu pour les journées du patrimoine, la liste nous ferait faire le tour du département, une fois de plus Peynier se fait remarquer par son absence.  Chez nous on est complètement passés à côté de l'évènement national en organisant les 30 ans du comité feux... Je parlais d'un village dans le formol (ici), en voici un bel exemple, on est complètement hors de l'espace-temps, totalement à côté de la plaque !

 

Il faut dire que depuis quelque temps l'art et la culture ne semblent pas être la priorité chez nous. Régulièrement nous avions droit à une exposition de peinture, de sculpture, d'arts divers à l'Oustau. On aime ou on n'aime pas les artistes exposés, mais au moins ça avait le mérite d'exister. Et à l'occasion d'un coup de coeur ça permettait d'acquérir quelques objets d'art pour la maison. Mais depuis quelque temps il ne se passe quasiment plus rien, c'est le néant total.

L'association "bien vivre à Peynier" essaye de relever le niveau en proposant conférences et activités malgré l'hostilité de la mairie qui refuse régulièrement la mise à disposition de salles ou qui refuse depuis deux ans (avec une incroyable violence) la présence de l'association aux journées des associations. Tout ceci parce qu'elle est dirigée par des opposants. Je parlais ici de dérive totalitaire, en voici un autre exemple tout aussi lamentable. Chez nous, quand les habitants prennent le relais pour animer le village, c'est mal vu. Normal ce n'est pas d'initiative "divine", pire encore c'est organisé par des opposants au régime, c'est donc forcément naze !

 

Bref, la culture à Peynier c'est deux jours par an, pour les "Nuits de la Sainte Victoire", le reste de l'année c'est soirée pyjama au socio. En parlant des "Nuits de la Sainte Victoire", l'évolution de l'évènement laisse perplexe. Au départ il s'agissait d'une bonne initiative qui permettait l'accès à un spectacle réservé habituellement à une élite, puisque les habitants du village pouvaient assister gratuitement à la générale. Puis un tarif préférentiel fut instauré, jusqu'à cette année où le tarif était officiellement le même pour tous. En fait pour certains "bien renseignés", ils suffisait d'aller en mairie pour obtenir un tarif à 20 euros. Quand même. On est loin du tarif du début... et c'est bien dommage pour les familles les plus modestes. Et entre nous le tarif officiel de 34 euros pour un opéra "light" c'est à dire sans costumes ni décors, c'est quand même un peu cher quand on compare avec les prix pratiqués par le Grand Théâtre de Provence pour par exemple "orphée aux enfers", un opéra bouffe en deux actes et quatre tableaux entièrement costumé et avec décors, accessible pour la modique somme de 25 euros et 12 euros pour les enfants même en première catégorie... Bref, je résume : à Peynier, pour les "gens importants", c'est gratuit, pour les Peyniérens bien "introduits", c'est tarif réduit, pour les autres c'est plein pot avec pour résultat nombre d'invendus et un accès moindre pour les Peyniérens modestes.

 

Le week-end dernier, du coup, je suis allé trainer mes savates sur le trail du BMX admirer les "riders" acrobates virtuoses qui m'ont enchanté pour la deuxième année consécutive, je suis fan inconditionnel. C'est rare dans un village d'avoir un évènement d'envergure internationale qui attire les meilleurs mondiaux tel que le " Peynier Vans kill the line" . Une initiative locale de grande qualité qui est passée inaperçue à l'hôtel de ville l'année dernière, et a eu à peine un soutien du bout des lèvres cette année par un entrefilet sur le site de la mairie publié deux jours avant (le 16 septembre). Là encore une initiative citoyenne qui échappe au contrôle de l'hôtel de ville. On espère simplement qu'un évènement d'une telle qualité et si bien organisé reçoive un peu plus de soutien des autorités à l'avenir (il y a de l'espoir, les élections de 2014 approchent !). En tout cas un grand coup de chapeau à Alexandre Droopsy, organisateur de l'évènement, pour cet excellent moment passé. A l'année prochaine, je prends déjà date !

 

A samedi prochain

 

- pour le sujet de La Provence sur le BMX, cliquer ici)

- quelques photos ci-après (cliquer pour la pleine résolution).

 

 

  P1030122.JPG P1030011

P1030166.JPG P1030056.JPG

P1030064.JPG

Repost 0
Published by monpeynier.over-blog.com - dans culture
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 22:02

 

delpuechMerci, mille fois merci pour avoir érigé une statue à la mémoire de Vincent Delpuech ! Depuis le temps qu’on l’attendait, franchement quel soulagement ! Enfin un équipement utile dans ce village. Comme des dizaines de Peyniérens, je vais pouvoir mettre ma belle chemise noire et aller me recueillir au pied de cette statue, y déposer des offrandes, brûler des cierges en faisant des vœux, pour réussir dans le travail, souder la famille et je trouverai probablement sur place des potes amoureux de la patrie comme moi. Un vrai pèlerinage en perspective pour agrémenter les longues soirées d’hiver, et tout ceci à deux pas de chez moi. Vraiment nous avons de la chance…

 

Bon, blagues mises à part, c’est quoi cette statue ? Franchement c'est vraiment absurde ! On a beaucoup débattu du fond de l’affaire dans la presse écrite, audiovisuelle et sur les blogs (voir liens plus bas), je ne reviendrai pas sur le passé douteux de l’homme. Un passé trouble qui rend le vice-président du Sénat extrêmement prudent (voir le reportage de France 3). On notera également que c'est la statue de Vincent Delpuech qui fut installée, pas celle de Jean Jaurès qui croupit depuis des années dans les archives de la Mairie selon mes sources. Par contre on a assez peu débattu de la forme (pas de la statue, elle est moche tout le monde est d’accord). Il y a pourtant des choses à dire. Tout d’abord le choix de la date, le 4 septembre, qui a certainement échappé à nos élus mais pas à d’autres. En effet, le 4 septembre est une date symbole en France, l’anniversaire de la mise en place de la IIIe République, celle-là même que Vincent Delpuech a condamnée en votant les pleins pouvoirs à Pétain en 1940.

 

Ensuite, j’ai beau écouter les reportages, lire les articles de presse, parler avec les Peyniérens proches des hautes sphères, je ne comprends toujours pas, je n’ai toujours pas de réponse à cette question pourtant simple :

 

POUR QUOI FAIRE ?

 

A part diviser les Peyniérens déjà bien divisés (voir ici), l'utilité de cette statue reste un véritable mystère. Attention, je ne dis pas que le devoir de mémoire est futile, mais là en l'occurrence la mémoire dont il est question est contestable. Le coût est, sans aucun doute, à la charge des contribuables. On avance un chiffre de l’ordre de 10 000 euros, ce qui est déjà  bien trop cher pour un bidule douteux et esthétiquement discutable. Et il est Inutile de se cacher derrière son petit doigt en arguant que le monument serait financé par la Communauté du Pays d’Aix (CPA). Car elle-même est financée par qui ? Je vous laisse deviner… Et ce n’est pas parce que l’argent viendrait d’un autre échelon des collectivités locales qu’il faut le jeter par les fenêtres. A titre d’exemple, 10 000 euros c’est 10% de la subvention allouée par la CPA pour les dix logements sociaux du Devançon (100 000 euros au total), n’aurait-il pas mieux valu en faire financer un onzième à ce compte là ? Bref, il y avait certainement mieux à faire et plus urgent à faire financer par la CPA, comme par exemple des containers enfouis dans le centre ville (voir ici) puisque c’est de sa compétence.

 

On devra rajouter à cela les frais récurrents pour l’entretenir et effacer les diverses inscriptions aux alentours, qui eux buste honteseront sans contestation à la charge des Peyniérens. Le compteur a commencé à tourner très tôt puisque la statue, installée au préalable, fut recouverte d’excréments 3 jours avant la cérémonie officielle. Il a fallu la démonter, la nettoyer, et la remonter. Apparemment pendant même l’inauguration, des inscriptions ont été faites à proximité. Va-t-il falloir recruter un employé municipal spécialisé dans le nettoyage de la statue ? Réaffecter les employés en charge du nettoyage du village au nettoyage de la statue ? Installer une vidéosurveillance pour éviter les dégradations ?

 

Et je ne parle que des conséquences pécuniaires, cette réalisation est en plus une perte de temps et d’énergie difficilement quantifiable. En tout cas, tout ceci se fera au détriment d'autre chose.

 

Sur les questions de forme, je souhaitais également évoquer les menaces de poursuites (publiées dans La Provence) à l’encontre de l’association « Jean Zay en Provence » et de la presse ayant relayé l'information sur le passé trouble de Vincent Delpuech. En effet, le lièvre a été levé par cette association qui a le courage, elle, de signer ses tracts contrairement à d’autres dans le village. Ainsi menace-t-on publiquement de faire des procès quasiment à la terre entière (avec les impôts des Peyniérens ?) pour une histoire de statue et de désaccord politique… quelle dérive totalitaire ! Le débat contradictoire est pourtant la base de notre démocratie, tenter de le museler de la sorte, d’intimider les opposants est indigne d’un pays comme le nôtre où la liberté d’opinion est un droit fondamental. Il est urgent de se ressaisir ! Et puisqu’on se plait à rappeler le droit et le fait que Vincent Delpuech fut finalement relevé de l’inéligibilité consécutive à son vote des pleins pouvoirs à Pétain (non sans remarques assassines du président du tribunal dans le jugement sur le comportement de l’accusé pendant la guerre), il est bon de rappeler également que la diffamation pour des personnes décédées n’existe pas en droit (L. n° 1881-07-29 du 29 juillet 1881 modifiée sur la liberté de la presse, art. 34.), attaquer l’association Jean-Zay est donc sans objet.

 

Au passage l’article de presse dont il est question (ici) est une incroyable perle à lui tout seul. Relisez-le attentivement, on y apprend beaucoup de choses vraiment très intéressantes. En tout cas pour ma part il aura eu l’effet inverse de celui attendu. Ceci me fait rebondir sur la façon dont l’affaire fut traitée dans certains médias. Quand on voit que l’article cité précédemment a été signé par le fils d’une conseillère municipale, je me dis que le ton n’a rien de surprenant. Par contre l’autre article de la Provence de Julien Daniélidès (ici) est beaucoup moins tendre et beaucoup moins partisan, c’est probablement la raison pour laquelle on ne le trouve pas sur le site officiel de la ville. Enfin quand j’entends le reportage de France Bleu Provence qui présente deux Peyniérens « ordinaires » qui sont en fait un ou deux conseillers municipaux (on a tous reconnus au moins « Sylvie »), je me dis qu’il fallait oser ! Qui a pipeauté ce micro-trottoir ? Ceci dit ne faisons pas de procès d’intentions : on n’en veut pas trop au journaliste, il a dû avoir justement quelques difficultés à trouver des Peynièrens « ordinaires » à cette cérémonie. Mais la propagan de n’est pas l’objet principal du débat ici, on y reviendra quand le prochain « peynier infos » traitant de la statue sera paru. 

   

Bref, statue inutile et coûteuse, nettoyages subsidiaires, propagande, m enaceecole2s  et procès sans objet, perte de temps, d’énergie et d’argent, tout ceci en période de crise où l’on devrait p lutô t s’attacher à se concentrer sur les choses essentielles. N’y a-t-il pas mieux à faire à Peynier ? En tout cas, dans certains villa ges aux alentours on est tourné vers l’avenir, en entretenant par exemple les écoles (je reviendrai également procha inement sur cette question dans plusieurs billets, il y a tant à dire !), et chez nous on est tournés vers le passé, en passant notre temps et notre énergie à remuer continuellement d'anciennes querelles et ériger des statues inutiles à la mémoire de personnages troubles. A chacun ses priorités… 

 

 

 


A samedi prochain.

 

 

 

 

 

liens :

 

wikipédia :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Delpuech

 

Audiovisuel :


France 3 :

 

http://mediterranee.france3.fr/info/provence-alpes/peynier13--un-buste-polemique-64698983.html?onglet=videos

 

France Bleu Provence (real audio)

 

rtsp://son.radio-france.fr/locales/provence/info/040910j8h.rm

rtsp://son.radio-france.fr/locales/provence/info/050910j8h.rm

 

presse :

 


 

Humanite 04092010 Humanite 04092010 

http://humanite.fr/03_09_2010-quand-gaudin-pr%C3%A9f%C3%A8re-honorer-un-collaborateur-452824

provence 31082010 provence 31082010  

Provence 04092010 Provence 04092010

LaProvence 05092010 LaProvence 05092010

http://www.laprovence.com/article/region/peynier-le-buste-de-vincent-delpuech-reveille-les-douleurs-de-lhistoire

 

blogs :

 

 

http://boulesteix.blog.lemonde.fr/2010/09/01/gaudin-va-t-il-honorer-un-collaborateur/

http://www.marsactu.fr/

http://a.gertz.over-blog.com/article-a-y-est-vincent-delpuech-a-sa-statue-a-peynier-56618612.html

http://a.gertz.over-blog.com/article-christian-burle-honore-un-maire-plus-que-douteux-55561330.html

http://cap21.13.over-blog.com/article-cap21-des-bouches-du-rhone-partage-l-indignation-de-l-association-jean-zay-en-provence-55559163.html

http://cyril-dimeo.over-blog.com/article-burle-dans-ses-oeuvres-55510662.html

http://cyril-dimeo.over-blog.com/article-19299657.html

http://www.peynierunautreregard.com/article-le-buste-de-vincent-delpuech-a-donc-ete-inaugure-56906474.html

http://www.peynierunautreregard.com/article-le-maire-de-la-discorde-il-veut-inaugurer-un-buste-de-vincent-delpuech-56196546.html 

http://nicolasblanc.blogspot.com/2010/08/peynier-quand-christian-burle-rend.html


 


Repost 0
Published by monpeynier.over-blog.com - dans vie politique
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 17:01

Tout le monde se souvient du container disgrâcieux présent sur le cours cours1.jpgAlbéric Laurent, à hauteur du renfoncement entre l’ancien marchand de légumes et le dépôt de pain. Non seulement disgrâcieux mais aussi sale et malodorant en été. La municipalité a décidé de supprimer ce container, comme la plupart de ceux existant au centre ville, ne laissant à disposition des citoyens que des containers en extérieur et des espaces pour la collecte sélective. Cela fait maintenant quelques années que cette décision a été prise et on peut en tirer un certain nombre de conclusions. 

 

En effet, certains de nos concitoyens confondent « espace public » et « décharge publique » ou encore « poubelle à papiers » et « container à ordures ». Il est devenu maintenant habituel de voir trainer sur le cours nombre de poubelles au niveau de la police municipale, ou de la corbeille à papiers située devant le cabinet du docteur notamment tous les dimanches et lundis matins sur le cours, parfois même en semaine et ailleurs. Ces poubelles restent fièrement pendant un long moment en attendant d’être ramassées le lendemain, si elles ne trainent pas plusieurs jours. Et si jamais un chien errant passe par là ou une poubelle se crève au moment du ramassage, c’est tout le cours qui prend connaissance de la teneur du dernier repas d’un de nos concitoyens… (Voir photos). Ainsi cette mesure de suppression des containers n’a-t-elle pas eu un effet contraire à celui recherché ? Probablement.

 

Mais doit-on jeter la pierre à ces habitants inciviques ? D’où viennent ces comportements s’amplifiant sans cesse. Sans doute y a-t-il un phénomène d’entrainement, un premier laissant sa poubelle, les suivants se disant « pourquoi s’embêter à aller jusqu’au container, d’autres le font ». Et transporter sa poubelle sur la moitié du village, parfois même dans le froid ou sous la pluie n’est jamais agréable. Pour de jeunes habitants, en bonne santé, porter une ou plusieurs poubelles sur une centaine de mètres ne pose pas de problème particulier, si ce P1070187_small.jpgn’est la motivation et le savoir-vivre. Pour les aînés, la situation est toute autre. Peut-on les contraindre à trainer ce genre de colis sur de longs trajets ? Et finalement, lorsqu’on place les containers à l’extérieur du centre ville on ne fait que déplacer le problème, les habitants des extérieurs profitant des ordures des habitants du centre en plus des leurs. Le débordement récurrent des containers extérieurs est également une conséquence de ce système. La municipalité a donc été bien mal inspirée de prendre cette mesure, mais elle n’est pas la seule, nombre de communes procèdent ainsi, au premier rang desquelles se trouve Aix-En-Provence.

 

Le problème n’est pas nouveau, il n’est pas non plus isolé, alors comment est-il résolu ailleurs ? A Aix, on a instauré des horaires de dépose et on verbalise les récalcitrants. Ainsi, vous avez intérêt à être chez vous par exemple entre 18h et 18h30, heure de passage du ramassage, sinon vous êtes condamnés à garder vos ordures et à voir votre appartement se transformer en container. Vous pouvez, comme à Peynier, les transporter vous-même à l’extérieur du périphérique, là où les containers sont encore présents. Un peu plus loin aux Etats-Unis il n’y a souvent pas de ramassage dans les petits villages. Chaque habitant doit amener ses déchets à la déchetterie, parfois très loin (30km). Notons que c’est le système qui nous est proposé poussé à son paroxysme…  de moins en moins de services. C’est probablement dans la péninsule ibérique que les solutions les plus intéressantes ont été appliquées. En Espagne ou au Portugal, les containers dans les centre villes sont enfouis et étanches pour éviter la propagation des odeurs lors des journées chaudes. C’est également la solution retenue par la ville de Cholet et d’autres en France (notamment les cités balnéaires), bien décidées à prendre ce problème à bras le corps et à ne pas se contenter de mesures qui n’en sont pas. (plus d’infos par exemple ici : link). Alors pourquoi pas à Peynier ? A quand un débat public autour des problèmes des Peyniérens ? A quand une étude de faisabilité ?  P1070189_small.jpg

Repost 0
Published by monpeynier.over-blog.com - dans services publics
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 16:38

Ce blog se veut être un espace de discussion ouvert à tous, n'hésitez pas à poster vos commentaires, quelle que soit votre opinion. J'attire votre attention cependant sur le fait que ces commentaires devront toujours être respectueux, faute de quoi ils seront systématiquement éliminés : il n'est pas question de reproduire ici la prose dégoûtante et anonyme que nous avons eue dans nos boites aux lettres pendant la campagne électorale. Ainsi on préfèrera un débat de fond au débat de personnes.

 

Pour ma part je vais essayer de faire vivre ce blog en postant en moyenne un article par semaine.

Si par ailleurs vous souhaitez attirer mon attention sur un sujet qui vous préoccupe à Peynier, n'hésitez pas à m'en faire part en cliquant ici : link

Repost 0
Published by monpeynier.over-blog.com - dans divers
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 12:37

Un nouveau blog sur Peynier...

 

L'idée de monpeynier.overblog.com est inspirée de la démarche de Christophe Grébert, qui fut un des premiers à initier ce type de blog (link), ou au moins l'un des premiers à être médiatisé. Je n'ai pas la prétention de faire le même travail que mon célèbre prédécesseur, mais ce blog se veut être un lieu d'expression des habitants de Peynier, un lieu de critique, un lieu d'échange.

 

La critique, parlons-en justement. OUI, ici on critique la politique de la municipalité. Et on assume : je ne me cache pas derrière un pseudonyme, derrière des tracts anonymes et orduriers comme on en a eus très souvent lors des campagnes électorales. J'entends déjà mes détracteurs : "Encore un mécontent qui ne fait que critiquer". Oui, peut-être, mais je n'ai pas la prétention de diriger les affaires publiques du village et je ne prétends pas faire mieux. Simplement je pointerai les dysfonctionnements de notre village pour que nos dirigeants, qui eux prétendent être à la hauteur, agissent. Et que les choses soient claires, je n'ai rien contre les hommes et il n'y a rien de personnel dans ma démarche, mais je suis résolument contre la politique menée pour le village même si quelquefois j'ai pu trouver certaines mesures ou réalisations positives (trop peu malheureusement)...et je ne manquerai pas de le souligner à l'occasion.

 

Il est utile ici de faire un point sur mon engagement politique. La vie politique du village est tumultueuse, avec deux clans qui s'affrontent et se haïssent depuis des dizaines d'années. Je ne suis proche d'aucun de ces deux clans et les renvoie dos à dos avec leurs querelles intestines qui n'intéressent qu'eux, même si mes idées politiques sont clairement de gauche. Ce qui me préoccupe plus c'est ce que va devenir Peynier, mon lieu de vie. Je n'ai pas d'engagement politique ni de prétentions en ce sens aujourd'hui, je suis INDEPENDANT, libre de parole et de pensée. Quand je suis arrivé dans le village en 2002, on m'a presque dit "choisis ton camp". Ainsi de ce choix auraient dû dépendre mes amis, mes fréquentations, les gens à qui je devrais cracher à la figure en les croisant, etc. Hé bien non, je refuse de fonctionner de cette façon, je dis bonjour à qui je veux, je bois des coups avec qui je veux, et je ne crache à la figure de personne, d'un coté ou de l'autre. Les idées et les personnes sont deux choses différentes, on peut apprécier quelqu'un et être en opposition sur le plan des idées ça n'a rien à voir et c'est dit !

 

Un village dans le formol, c'est peut-être ce qui définirait le mieux notre village où rien ne se passe. Une fête de temps en temps avec toujours la même programmation, les mêmes thèmes, etc. Une municipalité dans l'inaction totale, mais quand même apparemment très préoccupée par le PLU qui n'intéresse que les propriétaires terriens et l'érection de statues inutiles. C'est ausi ce dernier événement qui m'aura décidé à mettre en place ce blog, car trop c'est trop !  Mais je reviendrai sur cet événement dans un billet à part entière. L'inaction également de l'opposition : on la voit tous les six ans, aux élections. C'est bien dommage. Mais j'ai tendance à être beaucoup plus indulgent avec ces gens là. Tout d'abord parce que j'en suis plus proche politiquement mais surtout parce qu'ils ne sont pas élus, donc à part dénoncer et critiquer on ne voit pas ce qu'ils peuvent faire concrètement. Ensuite parce que le mode de scrutin dans notre village fait qu'il n'y a que des conseillers municipaux de la majorité (UMP). C'est une anomalie de notre système électoral qui nous prive totalement de démocratie et de débat public contradictoire. Ainsi l'opposition est-elle institutionnellement muselée. Et la municipalité en pâtit elle aussi : ne subissant pas la controverse elle s'enferme dans une espèce de langueur monotone et des prises de décisions sans concertation et sans contradicteurs.

 

Muselée est aussi la population du village. Une population qui a peur. Peur de quoi ? On se le demande. Peur de ses opinions en tout cas c'est sûr. Il est des sujets tabous qu'il ne vaut mieux pas aborder, notamment les questions politiques. Si par malheur on entre sur ce terrain, on retombe dans le travers exposé plus haut, avec le choix clair d'un des deux clans. Si on est contre un membre d'un clan c'est que l'on est dans l'autre. Curieuse façon de penser. Du coup, on n'expose pas ses idées pour ne pas se fâcher avec ses voisins, avec ses amis, et on subit les tracts anonymes, souvent insultants. Beurk. Il faut que ça cesse, je me montre à visage découvert, j'ai le courage de mes opinions, je continuerai à dire bonjour aux proches ou acteurs de la municipalité que je connais, tout comme ceux de l'opposition, et j'aimerais bien que tout le monde en fasse de même, la vie politique de ce village en serait assainie. A bon entendeur.

Repost 0
Published by monpeynier.over-blog.com - dans divers
commenter cet article